Voyage en Serbie

Europe - Carte postale pays/villes

Publié le Fri Jun 12 21:46:41 CEST 2015 par :

madeleine

Circuit organisé , ascendant Expat, séjour long

Promeneur en sandales

C'est au cours d'un voyage en Europe centrale que je suis allée en Serbie : j'avais prévu quatre semaines de vacances, et je n'en ai passée qu'une et demi dans cette ancienne république yougoslave, et, si j'avais su, j'y aurais consacré plus de temps...

Voyage en Serbie

C'est au cours d'un voyage en Europe centrale que je suis allée en Serbie : j'avais prévu quatre semaines de vacances, et je n'en ai passée qu'une et demi dans cette ancienne république yougoslave, et, si j'avais su, j'y aurais consacré plus de temps. Comme je suis arrivée par le nord (de Budapest), ma première étape était Novi Sad, la capitale de la Voïvodine, une province autrefois autonome de la Serbie.

 

Novi Sad

 

Une ville provinciale, donc, avec le côté paisible qui va avec (et qui a beaucoup de charmes, surtout pour ceux qui vivent le reste de l'année dans une grande métropole comme Paris), mais tant de choses à faire. Dès le printemps, à toute heure de la journée et jusqu'à tard dans la nuit, les terrasses des cafés sont pleines, et j'ai vite constaté que prendre un verre avec des amis dans les rues piétonnes du centre est un véritable art de vivre dans cette ville. Pour les Français, c'est assez étonnant de voir à quel point, dans les Balkans, les cultures et les religions se mélangent : dans un tout petit périmètre, on trouve une cathédrale catholique, des églises orthodoxes, un théâtre serbe et un autre hongrois, une synagogue, un temple protestant... De l'autre côté du Danube (et des quais bien aménagés où l'on peut se promener où traîner « à la plage »), se dresse une grande forteresse, construite au temps de l'empire austro-hongrois : la Voïvodine en a longtemps fait partie, et n'a été rattachée à la Serbie qu'après la Première Guerre Mondiale. Les jeunes (et les moins jeunes) peuvent profiter d'une vie culturelle plutôt dynamique, avec des festivals de cinéma et des projections de films un peu partout (y compris dans des cafés), des concerts dans les bars le soir, trois musées (installés sur la même place) avec des collections remarquables...

 

Belgrade


Par comparaison, Belgrade (où je ne suis restée que quatre jours) est une ville un peu plus agitée. On trouve de tout, des boîtes de nuit à la mode au boutiques de luxe, des cliniques spécialisées (le tourisme dentaire est en plein boom) au restaurants exotiques, des buildings modernes aux champs de HLM... J'y ai surtout apprécié les abords de Kalemegdan, une forteresse gigantesque et un parc immense, à côté duquel on trouve quelques églises anciennes vraiment charmantes. Il y a aussi les jolies rues du quartier de Skadarlija, que les belgradois comparent à Montmartre. Côté musée, le principal (le musée national) est en rénovation, celui consacré à l'Histoire de la Yougoslavie parle de tout sauf de la Yougoslavie (mais par contre, il y a de jolis masques africains !) et le musée ethnographique m'a paru un peu kitch. En revanche, Zemun, à quelques kilomètres (et très facilement accessible en bus) est une très jolie bourgade, avec des péniches amarrées au Danube où il est très agréable de déguster une bière (même si les bières serbes sont de qualité moyenne, il faut le reconnaître).

 


Au final, c'est un pays vraiment attachant que j'ai pu ainsi découvrir, même si j'aurais aimé y rester plus longtemps. Des gens sympathiques et serviables, un rythme « cool » parfait pour des vacances, le tout pour des prix bien moins élevés que dans le reste de la région.
Pour les informations pratiques et pour en savoir plus, il peut être utile de consulter le site de l'Office serbe du tourisme, et aussi de se procurer le guide du Petit Futé.

À LIRE dans la tribune Inspirations & Découvertes