Bienvenue en France !

France - J'ai testé pour vous

Publié le Wed May 27 12:09:08 CEST 2015 par :

claire

Baroudeur, routard , ascendant Expat, séjour long

Rédacteur

Je ne sais pas pour vous mais à chaque fois que je rentre de voyage, je suis déprimée ! La raison n’est pas seulement liée au fait que je rentre de vacances, des souvenirs et des belles images plein la tête pour retrouver mon quotidien, elle est aussi fortement liée à l’accueil que nous réserve notre chère patrie.

Bienvenue en France !

BIENVENUE EN FRANCE : LE SENS PRATIQUE

Mon dernier retour de voyage en est encore la preuve, pourtant cette fois-ci je ne suis ni partie dans un pays bouddhisto-zen ni chez les champions du monde du «greeting» mais je crois qu’on est vraiment en retard sur certaines choses. J’ai beau être préparée à affronter les débâcles liés à mon retour, j’ai à chaque fois l’impression que c’est de pire en pire.

Il y a d’abord ces passagers français qui discutent dans l’avion. L’un bien content de retrouver son petit chez soi «parce que quand même là-bas, ils ne vivent pas comme nous», l’autre d’un ton exaspéré «et en plus ils ne parlent même pas français !». No comment ! J’aurais juste envie de leur dire «bah, restez chez vous !».

Vient ensuite l’atterrissage… (jusqu’ici tout va bien !) …Mais çà fait 20 minutes que l’avion est posé et qu’on roule sur les pistes à la recherche d’un stationnement… On se croirait un samedi après-midi dans un centre commercial, pas une place libre ! Certes, on est à l’aéroport de Paris Charles de Gaulle (CDG pour les intimes), le 12ème aéroport le plus fréquenté au monde.

Çà y est l’avion s’immobilise enfin, après plus de 30 minutes de roulage. Le paysage des pistes et des terriers de petits lapins c’est bien sympa mais bon…

Et puis bam ! On attend à nouveau, 15 minutes cette fois-ci, parce que, nous dit-on, la passerelle ne peut être connectée à l’avion. Mais c’est la première fois qu’ils utilisent une passerelle dans le 12ème aéroport mondial ou bien ??

Le bénéfice des vacances est encore là, je reste zen et je patiente… Heureusement j’ai choisi un horaire de correspondance en train qui me laisse une bonne marge, je suis presque contente que tous ces désagréments me fassent passer le temps… Restons positifs !

 

BIENVENUE EN FRANCE : LE SENS DE L’HOSPITALITE FRANCAIS

Nous voilà sortis de l’avion. Bienvenue en France ! Et là une voix stridente et agressive retentit dans les couloirs : «passeport !! passeport !! les passeports européens à gauche, les autres à droite». Ben moi çà va, je comprends le français, mais je me mets à la place du pauvre touriste étranger qui débarque. Oui, nous sommes bien dans un aéroport I-N-T-E-R-N-A-T-I-O-N-A-L !! Et je me dis que notre accueil et l’image que nous véhiculons est bien médiocre.

Accueil (n. m.): Cérémonie ou prestation réservée à un nouvel arrivant, consistant généralement à lui souhaiter la bienvenue et à l’aider dans son intégration ou ses démarches.

En m’approchant, je remarque que comme d’habitude c’est le bazar : pas de file d’attente organisée, tout le monde essaye de passer devant tout le monde pour atteindre la guérite de ce pauvre fonctionnaire de police à la chemise débraillée et au sourire absent. Mais heureusement je suis enregistrée sur PARAFE (Passage Automatisé RApide des Frontières Extérieures), ce qui peut réduire de manière considérable l’attente pour le contrôle d’identité. Si vous ne connaissez pas, je vous invite à faire la démarche lors de votre prochain voyage afin de gagner du temps pour tous les voyages suivants.

Voyant que le Cerbère hurlant «passeport» barre l’accès aux sas et aux bornes, je lui demande si je peux utiliser PARAFE. Sa réponse est immédiate, sur un ton agressif : «mais vous n’êtes pas inscrite !»… J’avoue ne pas comprendre, qu’est ce qu’elle en sait ? Et je lui explique que si, je suis bien inscrite. J’accède donc au sas et à la borne. Bien entendu il n’y a en qu’une seule sur 2 qui fonctionne, l’autre est en panne, mais ce n’est pas indiqué. Les passagers, moi y compris, essayons un à un la borne en panne, sans succès. Mais heureusement l’autre fonctionne bien. Tiens, Cerbère est de retour :

– «Mais pourquoi vous ne faites pas la queue pour l’autre machine ?»

– «parce qu’elle est en panne Madame»

– «mais ce n’est pas possible, essayez !»

– «mais je vous dis que…» bref, je lui montre que sa borne est belle est bien en panne et elle repart en marmonnant et en râlant. Le contrôle PARAFE se passe comme sur des roulettes et je m’échappe enfin de cette zone bruyante, hostile et peu accueillante.

 

BIENVENUE EN FRANCE : LE SENS DU SERVICE

Arrive ensuite le moment de récupérer mon bagage. 30 minutes d’attente devant le tapis… Ah ben oui, on ne vous a pas prévenu ? Le tapis est en panne (lui aussi!), mais un technicien va venir… !!

40 minutes plus tard… Ouf, il ne s’agit effectivement que d’une panne et pas d’une grève des bagagistes… A un moment j’ai eu peur !

Mon bagage récupéré, je consulte mon portable pour me connecter sur internet… Un wi-fi est détecté. Je n’en ai pas besoin mais par curiosité je regarde la connexion proposée… L’accès est payant bien sûr ! et je repense à mon pauvre petit touriste étranger qui vient de se faire engueuler au contrôle des passeports, qui débarque et cherche des infos à son arrivée et n’a pas de forfait téléphonique… Bienvenue en France, où on a le sens du service !

 

BIENVENUE EN FRANCE : LE SENS DE LA COMMUNICATION

Je file à la gare (me faisant taxer au passage 15 euros pour une salade et un sandwich infâmes) et là je bloque devant l’écran des départs des trains : 1h50 de retard !!! Oh non c’est pas de bol, j’avais presque réussi à occuper mon temps d’attente depuis l’atterrissage de mon avion! ;-) Ne reste plus qu’à prendre mon mal en patience avant que le train n’entre enfin en gare…

Dans le train, le micro est cassé, donc les arrêts en gare ne sont pas annoncés. Avec le retard accumulé sur le trajet, pas toujours facile de se repérer quand on s’assoupit. Mais heureusement un contrôleur passe pour nous dire (tout à fait sérieusement) de ne pas nous assoupir pour ne pas louper notre arrêt (merci, c’est gentil!) et nous annonce la prochaine gare (en français bien sûr) et mon voisin anglais ouvre de grands yeux (j’ai bien sûr évité de lui traduire la partie sieste de la phrase, j’avais trop honte). Pendant les 3 heures qui ont suivi, plus aucun contrôleur n’est venu…

La SNCF je la connais bien, je la pratique tous les jours pour aller bosser et après une semaine à subir les grèves ou 3 jours d’affilé «d’accidents de personnes» on est rodé ! Mais il faut avouer que la communication c’est vraiment pas leur fort !

 

AGIR DANS LE BON SENS

Bref, quand tu rentres de l’étranger ou que tu arrives en France :

  • Sois patient
  • Sois compréhensif
  • Garde le sourire

Et si tu dois tuer le temps dans les gares ou les aéroports, profites-en pour :

  • faire tes comptes ou, à contrario, explorer les boutiques
  • classer ou faire le tri dans tes photos
  • Écrire ton carnet de voyage
  • Faire connaissance avec ton voisin
  • Faire la sieste (en n’oubliant pas de mettre une alarme sur ton portable)
  • Renseigner les étrangers perdus
  • Te cultiver (sur Internet si tu as du réseau) ou dans le point presse/librairie du coin
  • Réfléchir à ta prochaine destination voyage 

Et toi, voyageur, as tu le blues en rentrant en France ? Connais-tu des astuces pour garder le smile et passer le temps en attendant l’avion ou le train ? Partage avec moi tes bons plans !

 

 

Plus de photos dans mon expo.

Connectez-vous pour laisser un commentaire.

À LA UNE : l'article de claire

À LIRE dans la tribune Expression & Liberté