Charlevoix en hiver, le paradis des amateurs de plein air

Canada - Journal de bord

Publié le Sun Jan 11 20:39:18 CET 2015 par :

decouvertemonde

Baroudeur, routard

Rédacteur

La région de Charlevoix en hiver est un paradis pour les amateurs de plein air. J'y suis allée durant les vacances des fêtes et je vous livre la beauté magique de cette région du Québec.

Charlevoix en hiver, le paradis des amateurs de plein air

La température trop douce avait fait fondre le beau tapis de neige tombée quelques jours avant les vacances et qui recouvrait, à notre grande satisfaction, notre sol québécois. Noël allait finalement se passer sous la pluie et la grisaille et notre projet de profiter des vacances des fêtes pour faire de la raquette et du snowboard venait de disparaître avec la neige à notre grand désarroi.

 

Le seul espoir encore possible était de se rendre dans les montagnes et espérer qu’il en reste encore suffisamment pour s’amuser un peu.

Nos bagages et nos équipements sportifs dans le coffre de la voiture, nous prenions la route pour Charlevoix.

 

La région de Charlevoix est située au nord-est de la ville de Québec en suivant la rive nord du fleuve Saint-Laurent. Elle est reconnue pour ses charmants villages, ses montagnes au cœur de parcs provinciaux d’une grande beauté et ses produits du terroir.

Désignée réserve de la biosphère par l’Unesco, elle est l’un des endroits les plus touristiques et appréciés au Québec. Il y a quelques millions d’années, la chute d’une météorite serait à l’origine de son relief particulier entre fleuve et montagnes.

 

Nous venions de traverser la ville de Québec. Même ici, la neige n’était toujours qu’une fine pellicule au sol. L’immense côte de Saint-Anne de Beaupré allait marquer une rupture importante entre tout ce qui se trouve en bas et tout ce qui est en haut. Alors que nous commencions à monter en altitude, un épais brouillard nappa le bleu du ciel. Il nous était impossible de voir ce qui se présenta devant nous. Lorsque la brume se dissipa enfin, elle laissa apparaître derrière elle, comme par magie et comme si elle venait de la déposer sur son passage, une magnifique couverture de neige blanche. Les arbres en étaient chargés, les sous-bois remplis. Rien de comparable au tableau qui s’offrait à nous précédemment.

 

L’enthousiasme était palpable dans la voiture. Notre séjour à Charlevoix serait donc ponctué de plaisirs hivernaux.

 

 

Randonner sur le sentier des Caps de Charlevoix

 

Nous avons débuté notre séjour sur le sentier des Caps. Un réseau de chemins de randonnée dont le principal fait plus de 50 km. À pied, en raquettes ou en ski de fond, il fait la joie des amateurs de plein air. Sa particularité repose sur les magnifiques points de vue sur le fleuve en contrebas que l’on peut apercevoir à certains endroits. Des refuges parsèment les pistes et il est possible de s’arrêter pour y passer la nuit.

 

Nous avons effectué un petit tronçon entre le refuge Liguori et le poste d’accueil du secteur du Massif. Après quelques kilomètres de marche dans la forêt, le refuge nous apparu, mais il ne se présenta pas seul. Le fleuve Saint-Laurent se dévoila à nous au même moment. Le petit bâtiment de bois sembla être son guetteur du haut de son promontoire.
On s'y sentait bien, un petit feu dans le poêle réchauffa nos corps. On aurait même pu y passer la nuit et devenir à notre tour les guetteurs de ce panorama digne de nos plus beaux paysages québécois.

 

Le soleil commença à descendre dans le ciel. Ses rayons projetaient au sol une douce lumière qui éclairait nos pas alors que nous nous enfoncions dans les profondeurs de la forêt.

Dans cette forêt dense, chaque petit rayon qui réussissait à se créer un passage entre les arbres nous attirait immanquablement.
Un peu de chaleur sur notre visage nous revigora et nous donna l'énergie nécessaire pour continuer notre chemin.

Nous aurions aimé avoir plus de temps, mais nous devions revenir au village, car demain une journée de snowboard sur le plus beau domaine skiable au Québec nous attendait.

 

 

Faire du snowboard au Massif de Charlevoix

 

Le Massif, une montagne que j’avais vue maintes fois dans des publicités. J’en retenais comme image une piste avec une vue plongeante sur le fleuve Saint-Laurent.

Elle est reconnue pour avoir le plus fort dénivelé à l’est des Rocheuses. C’est près de 800 mètres de descente qui nous attendait. Je rêvais de dévaler ses pistes depuis quelques années déjà.

 

Du sommet comme de la base, j’avais beau essayer de voir sa physionomie totale, il m’était impossible. Cette montagne garde ses secrets, elle se fait discrète, se cachant parfaitement à notre oeil trop curieux. Elle préfère qu’on regarde vers l’extérieur plutôt que vers elle-même.

Mais l'émerveillement était à son comble tout au long de la descente. Les montagnes autour s'offraient à nous, mais mieux encore, on descendait pour rejoindre le fleuve et on s'arrêtait quelques mètres avant d'y plonger. Par moment, on ne voyait plus la piste au loin qui descendait. On avait cette impression visuelle qu’on atteindrait le bout et que ce serait la chute avec le fleuve pour nous accueillir.

 

Les descentes du Massif sont assez longues et agréables. Les montées peuvent se faire bien au chaud dans une télécabine. Quoi de plus agréable pour réchauffer nos petits doigts et apprécier les paysages sans avoir le froid qui nous glace le visage.

 

Décidément, Charlevoix aura su nous charmer. Été comme hiver, il se pare de ses plus beaux habits pour nous laisser des souvenirs impérissables. La neige était au rendez-vous, le soleil resplendissait et le fleuve adossé aux montagnes nous dévoilait encore une fois sa majestuosité.

 

Rachel Latour @ Blog voyage Découverte Monde

Connectez-vous pour laisser un commentaire.

À LA UNE : l'article de decouvertemonde

À LIRE dans la tribune Inspirations & Découvertes