Hasard des belles rencontres au Bhoutan

Bhoutan - Folles péripéties

Publié le 05/12/2013 par :

claire

Baroudeur, routard , ascendant Expat, séjour long

Rédacteur

Au cours de notre voyage, le hasard nous a permis de faire de très jolies rencontres au Bhoutan. Inattendues (ce sont les meilleures!), parfois surprenantes mais toujours exceptionnelles, je ne peux pas toutes les raconter mais je vous en livre quelques-unes ici.

Hasard des belles rencontres au Bhoutan

Des rencontres exceptionnelles et fortuites au Bhoutan

En arrivant dans la ville de Trongsa, nous sommes surpris par le nombre de villageois qui attendent sur le bord de la route et aux abords de l’hôtel. Que se passe t-il ? Le roi et sa magnifique épouse, très aimés de ses sujets, doivent-ils passer par là ? Après s’être renseigné, notre guide nous informe que nous avons l’honneur de séjourner dans le même hôtel que Sa Sainteté Namkhai Nyingpo Rinpoche, l’un des plus hauts chefs spirituels (l’équivalent du Dalaï Lama tibétain) et 7ème réincarnation d’un des disciples de Guru Rimpoche. Après les explications sur le protocole à respecter (regard vers le bas, position du bras pour se couvrir la bouche…) et entrainés par notre guide, nous nous glissons dans la longue file des Bhoutanais venus chercher une bénédiction. Heureux hasard et rencontre inattendue, nous serons les seuls occidentaux à se présenter à lui et à recevoir ce sacrement.

 

Une autre rencontre fortuite et exceptionnelle marque ce voyage. Cette fois, c’est au monastère de Gangtey, école bouddhiste. Alors que nous visitons le monastère, les jeunes moines viennent à nous et, apprenant que nous sommes Français, nous indiquent que l’un de nos compatriotes a récemment rejoint leur communauté.

Les échanges avec ce jeune moine français de 20 ans sont passionnants et surprenants : 2 mois plus tôt il était à la fac en France, jouait aux jeux vidéos et faisait la fête en boîte de nuit ! Aujourd’hui, crane rasé et vêtu de sa toge pourpre il vit dans des conditions rudimentaires et s’est engagé pour 12 ans de méditation et d’apprentissage. Son parcours nous émerveille, quel décalage et quelle claque !

Au fil de nos échanges, il nous invite à assister à la prière du soir. Cela tombe bien, nous sommes libres de toute activité ce soir et surtout très honorés d’un tel privilège ! Après avoir dîné et s’être quelque peu équipés pour résister au froid (il fait près de 0°c ce soir là), nous nous dirigeons à nouveau vers le monastère pour une séance de 2h, enfermés avec l’ensemble des moines. Assis à même le sol sur de la pierre glaciale, nous observons, en retrait et en silence, cette longue prière, rythmée par les chants et les instruments de musique et illustrés de mouvements des mains.

Nous notons au passage l’assoupissement d’un des jeunes moines, que son maître ne manque pas de réveiller par une petite tape dans le dos.

Nous ressortons de cette séance apaisés, certains d’entre nous ont fermé les yeux et se sont sentis partir comme transportés par ces chants et cette transe. Une expérience unique où nous étions, à nouveau, les seuls touristes et occidentaux présents…. Une chance !

 

La chance ne nous a d’ailleurs jamais quittés. Lors de notre séjour à Somthang, dans la région de Bumthang où nous dormons chez des fermiers, nous apprenons fortuitement que la fille de nos hôtes est institutrice à l’école voisine. Nous demandons aussitôt s’il serait possible de venir visiter l’école et de rencontrer les élèves.

Dès le lendemain, nous avons cet immense plaisir. Notre institutrice enseigne aux plus petits, qui, fiers d’avoir des visiteurs dans leur classe se mettent à nous chanter tout le répertoire des chansons qu’ils ont apprises en anglais et que nous reprenons avec eux. Vraiment un excellent souvenir de ces adorables petits bouts de chou, du super accueil et de tous ces sourires et rires partagés !

 

Plus de photos sur mon expo

Connectez-vous pour laisser un commentaire.

À LA UNE : l'article de claire

À LIRE dans la tribune Immersion & Rencontres