Voyage au pays de Salers

France - J'ai testé pour vous

Publié le Mon Aug 26 00:20:24 CEST 2013 par :

spicytrip

Baroudeur, routard , ascendant Rando, trek, nature

Vidéaste

Voici un petit article synthétique qui résume les enseignements de mon passage dans le « grand pays de Salers », dénomination que l’on trouve sur une petite pancarte du chef lieu dénommé « Saint Projet de Salers » situé à 10km de la ville de Salers.

Voyage au pays de Salers

Les Vaches

Vous entendrez forcément parler de la vache de Salers pour sa viande et son lait qui permet de produire de très bons fromages : le Cantal, le Salers, le Bleu d’Auvergne, la fourme d’Ambert et bien d’autres. Vous les entendrez également par le concert des cloches autour de leur cou qui raisonnent dans la vallée pendant qu’elles ruminent.

 

Point intéressant, et c’est un local (comprendre « un paysan du coin ») qui le dit : c’est qu’il est préférable de ne pas approcher de trop près une vache de Salers, par exemple lors d’une randonnée. Notre bonhomme prend l’exemple d’un ami encorné à 60 ans par une de ses vaches après 30 années de loyaux services. Il y a comme un vide psychologique chez la vache qui lui donne l’autorisation de faire une fois dans sa vie n’importe quoi. Cette thèse est appuyée par ce fameux regard vide de sens et le pouvoir de s’immobiliser instantanément. Déconnez pas, faites gaffe.

 

Les fromages

Le mieux c’est de se rendre chez un des producteurs de fromage, l’un d’eux nous précise : « nous sommes environ 88 producteurs de Salers fermier » au pays, presque désolé de son approximation. Vous y découvrirez les différentes subtilités pour obtenir du Cantal ou du Salers en fonction de la période de récolte, de la provenance du lait, de la durée d’affinage, etc. Si la visite n’est pas particulièrement à se taper le cul par terre en sensations fortes, concentrez toute votre énergie à goûter et choisir votre pièce, c’est un des rares moments de sa vie où l’on envisage de caresser un fromage et d’y éprouver du plaisir.

Petit conseil pour accompagner ces fromages : un vin léger, il existe un côte d’Auvergne (que je n’ai pas gouté) qui a l’avantage d’être local et donc exotique ! On nous a conseillé aussi un vin de pays de Loire. Evidemment, un vin blanc sec est également une bonne solution de repli.

 

La ville de Salers

La ville est agréable, petite, pavée, touristique et on ne prononce pas le « s » à la fin.

Faut-il manger une truffade le midi dans l’un des restaurants de la place principale et une crêpe au bleu en entrée ? Si vous souhaitez que votre journée s’arrête à 14h, c’est évidemment une tactique à choisir, sinon le mieux est de manger léger et de réserver votre truffade à une table proche de votre lit.

Petit « plus » de la ville : les dégustations organisées par l’office de tourisme sur la place principale qui permettent de se familiariser avec les fromages de la région. C’est gratuit, n’hésitez pas à faire les pique-assiettes (on ne vous dira rien).

Autre spot conseillé : la place sur laquelle il y a un manège (attention le manège est en revanche très nul, les mômes se font chier). Vous y découvrirez des arbres bien organisés où vous pouvez jouer à « où est Charlie ? » et une vue sur toute la vallée qui impose un moment très sympa.

Une des attractions de la ville de Salers, ce sont les artisans et leurs petites boutiques très agréables. Un cornetier vous expliquera la mémoire de forme de la corne et ses secrets de fabrication, quelques bijoutiers et autres vitrines présentant des poteries originales parsèmeront votre chemin, des ateliers de confection de jouets artisanaux éveilleront votre curiosité. Autre point sympa : le magasin de couteaux. Offrez-vous un couteau ! La boutique est vraiment bien conçue et possède un grand choix de très bons modèles (je ne suis pourtant pas un mordu de la lame). Une petite bibliothèque connue de la région offre un cadre idéal pour chiner des livres et très beaux recueils de photos de la région.

La place à l’arrière de l’église ne présente qu’un maigre intérêt (vue sur le parking en sous-bas de la ville).

 

Les routes sinueuses et les randonnées tortueuses

Vous aimez courir ?

La région est splendide. Avec un compagnon du staff Montrip nous courrons dans les routes de montagnes. Les routes sont assez bien entretenues. A moins de vouloir se jeter sur le coté et rouler jusqu’en bas, il n’y a pas de risque de tomber. Pour compenser la difficulté des cotes, le panorama est une vraie source de plaisir et de motivation.

Vous aimez marcher ?

Nous n’avons fait que deux randonnées de 3h, nous ne sommes pas des grands marcheurs, mais nous avons pris notre pied ! Emmenez un pique-nique, vous mangerez au sommet, belle vue. Les chemins sont tortueux, c’est vallonné, on monte puis on descend, puis on remonte, on change de flanc de montagne et on replonge dans la vallée avant de remonter et découvrir un autre versant, c’est chouette. Les lumières changent, c’est très vert, parfois boisé, tantôt dégarni, en revanche on en prend constamment plein la gueule.

Vous êtes motard ?

Les routes offrent de belles balades, je pense qu’on peut prendre autant de plaisir voire davantage que sur les routes d’Ardèche (et je ne suis pas motard, je ne connais pas l’Ardèche, je fais juste un peu de Vélib à Paris)

 

Un exemple de chemin très sympa en voiture ou à moto : Saint-Chamant (D42), Saint projet de Salers (D35), Le col de Légal (D60), Tournemire (D260), Girgols (D922), Saint Cernin (D160), Freix-Anglards (D6), Saint-Illide (D6), Saint-Martin-Cantalès (D342), Besse (D42), etc.

 

Trois volcans aux alentours qui offrent de belles randonnées : Puy Violent, Puy Chavaroche, Puy Mary.

 

Où dormir, où squatter ?

Un bon plan est de louer une maison à la semaine avec des amis ou en famille à proximité de Salers dans un des nombreux petits hameaux du pays de Salers. J’ai découvert « Saint Projet de Salers » dans le creux de la vallée de la Bertrande avec son épicerie, sa fontaine, son terrain de boules et son église. Au calme, on connaît rapidement les grandes figures du village, on peut y trouver quelques typiques et belles maisons à louer. C’est un point de départ pour de nombreuses balades et pour rayonner plus largement dans le pays de Salers.

Petite note : vous saurez que vous êtes en pays de Salers si vous croisez des maisons habillées de lourdes pierres grises apparentes, de toits en ardoise et à l’intérieur équipées d’une grande cheminée à hauteur d’homme appelée « cantou ». 

Connectez-vous pour laisser un commentaire.

À LA UNE : l'article de spicytrip

À LIRE dans la tribune Inspirations & Découvertes